La Ministre en charge des télécommunications alerte sur la recrudescence des cas d’escroquerie en ligne

S’exprimant dans une conférence de presse du 22 février 2024, la Ministre en charge de la Communication, des Technologies de l’information et des Médias alerte sur la recrudescence de cas de vols qui se fait en  ligne et à travers les services de transferts monétaire Lumicash et Ecocash. Cette conférence de presse intervient après analyse des plaintes des utilisateurs et bénéficiaires des services financiers mobiles et transactions électroniques ainsi que des rapports de la police judicaire sur les cas d’utilisations frauduleuses de ces services dont LUMICASH et ECOCASH en vue de formuler de recommandations pour la suite.

Cependant, ces fraudeurs profitent largement de la mégarde des utilisateurs ou abusent de leur confiance pour arnaquer de l’argent via lumicash ou ecocash. C’est ainsi que le Ministre en charge de la communication a illustré une série des cas d’escroquerie dont les utilisateurs sont souvent victime notamment :

Les cas d’usurpation d’identité des hautes personnalités du pays. En ce cas les fraudeurs créent de faux comptes Whatsapp ou Facebook et affiche à leur profil un une image d’une haute personnalité du pays et se font passer pour ce dernier. A la suite les fraudeurs promettent aux victimes du travail ou autres services selon les cas en contrepartie du paiement via lumicash ou ecocash au nom de quelqu’un d’autre.

Le cas des fraudes liées aux cartes SIM non désactivées pour les téléphones mobiles perdus ou volés : ce cas survient lorsqu’un téléphone mobile est perdu ou volé, beaucoup de gens ne savent pas encore qu’il faut immédiatement désactiver la carte SIM ou se rendre à l’Opérateur et récupérer la carte SIM. En cas de SIM non désactivée, les fraudeurs accèdent aux informations personnelles de la victime, effectuent des appels non autorisés ou des transactions frauduleuses au nom de la personne propriétaire du téléphone perdu/volé.

Les fraudes sur Facebook. Les fraudeurs créent de faux profils ou de fausses pages Facebook qui imitent des entreprises ou des organisations légitimes. Ils envoient ensuite des messages privés ou publient des liens trompeurs pour inciter les utilisateurs à fournir des informations personnelles ou financières. Ces voleurs promettent aux victimes des passeports pour des bourreaux  à l’étranger tout en leur demandant de créer un compte au KCB et pour cela demande de l’argent via LUMICASH pour leur ouvrir des comptes KCB.

Les cas des fraudeurs qui prétendent vendre des produits (Habits, Chaussures,) sur Facebook et demandent aux victimes de payer via LUMICASH avant les livraisons.

Les cas des fraudeurs qui prétendent que vous avez gagné une loterie, un concours ou autres prix à Lumitel et demandent ensuite aux victimes de payer des frais pour prétendument réclamer leurs prix auprès de lumitel ou 1XBet.

Les Cas des fraudeurs qui envoient des messages aux victimes demandant d’envoyer de l’argent pour les uniformes afin d’avoir un job à SAVONOR.

Les cas des fraudeurs qui demandent aux agents lumicash ou ecocash de leur prêter les téléphones pour vérifier si un client a réussi l’argent mais qui use de l’opportunité pour vider le compte lumicash ou ecocash de l’agent.

Les cas des fraudeurs qui viennent à moto et demandent en urgence les agents lumicash ou ecocash de leur faire des dépôts et s’enfuient aussitôt que l’argent est déposé sur téléphone.

Les cas des fraudes via code OTP: Les fraudeurs exploitent les messages SMS contenant des codes à usage unique (OTP) pour tromper les victimes et accéder à leurs informations sensibles ou à leurs comptes lumicash ou ecocash.

Les cas des fraudeurs qui envoient des SMS trompeurs ou des liens malveillants aux utilisateurs, prétendant provenir d’une institution légitime. Les messages incitent les utilisateurs à divulguer leur OTP ou d’autres informations confidentielles. Une fois le code OTP partagé, cela leur permet d’accéder aux informations ou aux comptes lumicash/ecocash de la victime sans son consentement

Les cas des SMS trompeurs qui prétendent qu’un dépôt LUMICASH vient d’être fait mais en fait ce n’est que des chiffres écrit à main, et ensuite demandes aux victimes de leur envoyer de l’argent via LUMICASH en contrepartie de l’argent faussement déposé.

Face à tous ces cas, la Ministre a prodigué une série de conseil à l’endroit des  utilisateurs et agents. Elle leur a rappelé qu’une fois victime de vol sur lumicash ; d’informer via 163 pour bloquer la transaction avant le retrait de l’argent par les voleurs, de déclarer chaque fois les problèmes qui surviennent lors de l’utilisation des services financiers mobiles pour constituer une base de données, de ne pas partager les codes PIN/OTP avec qui que ce soit, que ce soit par SMS, par téléphone ou par e-mail, à moins que cela ne soit spécifiquement requis pour une transaction légitime , de vérifier l’authenticité des messages ou des appels reçus en contactant directement l’institution financière ou le service de paiement mobile par des moyens de communication officiels de surveiller régulièrement les transactions, garder un œil sur les relevés de compte et les transactions de paiement mobile pour détecter toute activité suspecte, si l’utilisateur remarque des transactions non autorisées, qu’il signale immédiatement au fournisseur de services financiers, et d’assurer le verrouillage des téléphones avec un mot de passe, un code PIN ou une empreinte digitale pour empêcher l’accès non autorisé aux applications de paiement mobile.

La ministre a par la suite signifié les principales mesures à envisager conjointement entre  le Ministère , l’Agence de Régulation et de Contrôle des Télécommunications avec aussi la police judiciaire pour décourager ces cas de cybercriminalité. Il s’agit notamment de renforcer les campagnes de sensibilisation pour que la population sache éviter les fraudes ;  de faire le suivi rigoureux des enregistrements des cartes SIMs, d’instruire les opérateurs à respecter les droits des consommateurs qui demandent des assistances en cas de fraudes/vols et de renforcer la cellule Cybercriminalité pour appréhender les fraudeurs/criminels et constituer une base pour éviter la répétition des forfaiteurs.

Voir aussi

Sous le thème « L’innovation numérique au service du développement durable », le Burundi célèbre la Journée Mondiale des Télécommunications et de la Société de l’Information 2024

Dans le cadre du renforcement de l’écosystème numérique au Burundi, le Ministère de la Communication, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *